Egalement appelée Chèvre Commune de l'Ouest, on la trouvait autrefois dans une vaste zone qui va de l'estuaire de la Seine à l'estuaire de la Loire où elle était élevée en tout petits troupeaux par les pauvres et les anciens sur le bord des routes et les talus, d'où son nom.

Cette chèvre, non standardisée, de taille petite à moyenne, au poil long, de couleur très variable, a une tête expressive et des oreilles courtes et dressées.

Ressortie de l'oubli au début des années 90 par le biais de la découverte d'un troupeau devenu sauvage près de la Hague, la Chèvre des Fossés est suivie par l'Association pour la Sauvegarde et la Promotion de la chèvre des Fossés avec le partenariat du CRAPAL et de l'Institut de l'Elevage.

Effectifs fin 2011 : 703 chèvres recensées dans 107 élevages sur 3 régions (Bretagne, Basse-Normandie et Pays de la Loire).

Valorisations:

  • Lait transformé: 4 éleveurs professionnels l'iutilisent en Région Bretagne
  • Ecopâturage: Plusieurs professionnels mettent à disposition leurs cheptels pour gérer espaces en herbe (prairies urbaines, réserves naturelles, ..); des collectivités font de même avec leurs propres troupeaux.


L'Association pour la Sauvegarde et la Promotion de la Chèvre des Fossés se donne pour objectifs la sauvegarde de la race sur son aire géographique, la promotion auprès du grand public, la valorisation par le lait-transformé ainsi que l'éco pâturage.

 Article réalisé chez un éleveur professionnel
Le site de l'Association pour la Sauvegarde et la Promotion de la Chèvre des Fossés