Un conservatoire au service des races locales à petits effectifs de la Region

 

Il existe aujourd’hui une réelle sensibilisation à la sauvegarde des vieilles races loco régionales d’animaux domestiques, qui avaient, pour beaucoup d’entre elles, failli disparaître dans la seconde moitié du XXème siècle.

Les raisons pour lesquelles il convient de les conserver et de tenter de les remettre sur la voie d’un développement, sont nombreuses.

Nous en retiendrons trois :

  • Elles sont d’abord patrimoniales et culturelles  (la race demeure le produit du terroir et de ses éleveurs),
  • Elles sont ensuite génétiques (leur génome est une composante de la biodiversité),
  • Elles sont enfin économiques (Dans un contexte actuel favorable à la recherche de ses racines et aux produits du terroir, il est possible que l’avenir offre à ces races et à leurs systèmes, pour la plupart extensifs et respectueux de l’environnement, une certaine sérénité).

La création du CRAPAL en 1998 à l’initiative de la Région, témoigne également de l’intérêt que porte la collectivité à la sauvegarde et à la relance de ces populations.

Les races dont il est susceptible de s’occuper sont nombreuses, originaires en tout ou partie de la région ou s’étant répandues vers elle à partir des régions limitrophes.

Dans ses actions, le CRAPAL s’efforce tout d’abord d’accompagner et d’encourager les éleveurs, car sans eux, ces races n’auraient plus lieu d’être.

Il aide ensuite, grâce à l’appui de la Région et sous des formes diverses, à la gestion des populations, au plan génétique (inventaires, collecte de semences, achats de reproducteurs, ..), et par la collecte de références (caractérisation de la race, des systèmes d’élevage, du ou des produits).

Il contribue à les faire connaître et incite à leur valorisation lorsqu’elle est possible, se fondant notamment sur la démarche expérimentée de quelques « pionniers ».

S’il œuvre pratiquement à la conservation de l’identité régionale traditionnelle en matière d’élevage, le CRAPAL peut aussi, à son niveau, contribuer à forger une nouvelle identité. En effet, la valorisation des races à faibles effectifs passe souvent par une commercialisation en circuit court qui, créatrice de liens sociaux, tend à réconcilier les citadins avec leur agriculture et les sensibiliser aux débats actuels de société sur l’avenir de celle-ci.

Pr Bernard Denis – président d'honneur du CRAPAL

 

 Le fonctionnement du CRAPAL


 

Les actions

Sous-catégories